Home » 2023 » June

Monthly Archives: June 2023

C’est un détail : Jean MÉDARD

Jean MÉDARD, sans titre (détail avec reflets), bois, coquillages, cordages, matériaux divers, collection Musée Art et Déchirure

Image d’actualité : l’effet papillon

C’est un détail : Bernard BRIANTAIS

Bernard BRIANTAIS

Bernard BRIANTAIS, Delirium tremens (détail), collection Musée Art et Déchirure

Référence cinématographique : Le Cercle rouge
Le Cercle rouge est un film français écrit et réalisé par Jean-Pierre Melville, sorti en 1970. Avec Alain Delon, André Bourvil, Gian Maria Volonté, Yves Montand …

Collection : ZAK

Zakaria DOUGMANE

ZAK (Zakaria DOUGMANE), C Chaud, technique mixte, Musée Art et Déchirure

Collection : Alain TOUZEAU

Alain TOUZEAU, sans titre, pastel, crayon, Musée Art et Déchirure

Détail, avec en reflet dans la vitre du cadre, un wagon du train de Francis MARSHALL exposé dans le parc du musée Art et Déchirure…

C’est un détail : André ROBILLARD

André ROBILLARD, Spoutnik rouge (détail : le rossignol et l’étoile polaire), exposition André Robillard au musée Art et Déchirure (jusqu’au 24 septembre 2023).

C’est un détail : Caroline DAHYOT

Jusqu’à la fin du mois de septembre 2023, le musée Art et Déchirure présente une installation “immersive” de Caroline DAHYOT (dans l’ancienne salle d’accueil du pavillon). Élément remarquable de cette création : une boîte-scénette-amoureuse.

Caroline DAHYOT, L’incarnation de l’amour en conscience, technique mixte sur boîte en carton, élément de l’installation “Accueil” visible au musée Art et Déchirure jusqu’au 24 septembre 2023.

“Incarnation” : un mot-clé de l’univers de Caroline DAHYOT.

C’est un détail : Francis MARSHALL

Scène de pêche à la sirène cornue : tout comme pour Moïse, les erreurs de traduction sont possibles >> sirène couronnée, sirène rayonnante… Peut-être une illumination. Peut-être une hallucination. Peut-être un fantasme, une obsession, une image récurrente ? Qui le sait sinon le pêcheur ?
Alors qui n’a jamais péché lui jette la première pierre.

Francis MARSHALL, salle Francis MARSHALL (installation), Musée Art et Déchirure

C’est un détail : Fabien CHEVRIER

Fabien CHEVRIER, Le rêve de Sacha (détail : “mon pays c’est la vie”), assemblage d’objets divers, 2019 Festival Art et Déchirure

fabienchevrier
#fabienchevrier

“Comme une fenêtre ouverte sur un monde”

Sur un mur de l’atelier du musée Art et Déchirure, là où la peinture s’est écaillée, se pressent des figures énigmatiques et silencieuses surgies du monde sombre du peintre Hubert DUPRILOT.

Hubert DUPRILOT, Ils nous regardent, peinture sur enduit plâtre, mai 2023, atelier du Musée Art et Déchirure

“Depuis la Renaissance et ses théories sur la perspective, la cause semble entendue : le tableau est comme une fenêtre ouverte sur le monde. D’un signe sur une paroi, ou de l’illustration de la parole divine à l’usage des analphabètes, l’image s’est transformée en un trou dans le mur donnant à voir un autre univers, dont l’homme serait le centre.”
Harry Bellet, “Quand l’art passe par la fenêtre”, Le Monde, 28 avril 2013

Collection : Angélik BARRÉ

Angélik BARRÉ, Les eux sont brouillés, peinture sur bois, mai 2008, collection Musée Art et Déchirure
détail

Notice du catalogue du Festival Art et Déchirure 2012 :

« Glauque », « joli », « surprenant », « bizarre », « particulier », « marrant », « surréaliste », « vulgaire », pas mal d’adjectifs ont été utilisés pour qualifier mon travail. Ils révèlent tout à fait ce que je cherche à montrer à travers mes toiles : une opposition entre un visuel « joli » et un texte « glauque ». Mes toiles jouent sur les mots, font du second degré, mélangent réalisme et illustrations, utilisent la couleur tout comme le noir et blanc, se composent dans un joyeux bordel organisé où tout s’entrecroise, se superpose, s’oppose de manière à ce que chacun y fasse son interprétation. Mon processus de travail est simple : j’observe, j’écoute; le quotidien m’inspire quelques mots que je griffonne sur mon calepin et après j’improvise à même la toile. Je travaille à l’intuition, je me laisse guider par mes pinceaux au grès de mon humeur. Pour ce qui est de la technique, tout est peint et j’y tiens! Pour les visages réalistes je redessine des photos trouvées ici et là : des inconnus, des amis, la famille et si je ne trouve pas l’expression ou l’angle qui me convient je prends mon miroir et fait mes grimaces…, pour les illustrations, pas de modèles, juste un miroir pour les expressions et quelques mise en situation pour les postures. Autant vous dire que mes toiles sont très personnelles, vous y rencontrerez ma grand- mère, mon neveu, le fils d’une amie, moi… et vous y lirez une partie de mon quotidien. Mais ne vous attendez pas lire en moi comme dans une toile accrochée; l’ambiguïté, les différents niveaux de lecture et les sous-entendus restent mes maîtres-mots. Petite mes crayons ont été mon moyen d’expression favori pour me faire comprendre, pour me défouler, pour évacuer, devenue adulte rien n’a changé.